Le Pape demande aux OPM de se renouveler avec créativité

Le Synode pour l’Amazonie et le Mois missionnaire extraordinaire, événements qui seront célébrés tous deux en octobre 2019, vont de paire et constituent deux opportunités d’évangélisation pour mettre en pratique le rappel à « réhabiliter de manière évangélique la mission de l’Église dans le monde ». C’est ce qu’affirme le Message du pape François, qui a reçu en audience ce jour, 1er juin, les directeurs nationaux des Œuvres pontificales missionnaires, réunis pour leur Assemblée générale annuelle à Sacrofano (Rome) du 28 mai au 2 juin.

Le Pape souligne l’importance d’une authentique « conversion missionnaire ». C’est dans cet esprit qu’a été choisi le thème du Mois missionnaire extraordinaire d’octobre 2019 : « Baptisés et envoyés : l’Église du Christ en mission dans le monde ». Le thème rappelle que « l’envoi en mission est un appel inhérent au Baptême et qu’il concerne tous les baptisés », a déclaré le pape François. La coïncidence entre les deux événements – le Synode pour l’Amazonie et le Mois missionnaire extraordinaire – « nous aide à tenir notre regard fixé sur Jésus-Christ pour affronter problèmes, défis, richesses et pauvretés, qu’elle nous aide à renouveler l’engagement au service de l’Évangile pour le salut des hommes et des femmes qui vivent sur ces terres », peut-on lire dans le texte. « Prions afin que le Synode pour l’Amazonie puisse réhabiliter de manière évangélique la Mission y compris dans cette région du monde, particulièrement éprouvée, injustement exploitée et nécessitant du salut de Jésus-Christ », indique le Pape.

Voici quelques extraits du discours du Saint-Père :

Nous avons devant nous un chemin intéressant : la préparation du Mois missionnaire extraordinaire d’octobre 2019, que j’ai voulu proclamer lors de la Journée missionnaire mondiale de 2017. Je vous encourage vivement à vivre cette phase de préparation comme une importante opportunité pour renouveler l’engagement missionnaire de l’Église tout entière. Il s’agit également d’une occasion providentielle pour renouveler nos Œuvres pontificales missionnaires. Les choses doivent toujours se renouveler : le cœur, les œuvres, les organisations parce qu’autrement, nous finirons tous dans un musée. Nous devons renouveler pour ne pas finir dans un musée. Vous connaissez bien ma préoccupation concernant le danger que votre action se réduise à une simple dimension monétaire d’aide matérielle, vous transformant en une agence comme tant d’autres, même si elle devait être d’inspiration chrétienne. Ce n’est certainement pas ce que les fondateurs des Œuvres pontificales et le pape Pie XI désiraient lorsqu’ils les firent naître et les organisèrent au service du Successeur de Pierre. Dès lors, j’ai tenu à proposer à nouveau, comme actuelle et urgente pour le renouveau de la conscience missionnaire de toute l’Église aujourd’hui, une grande et courageuse intuition du pape Benoît XV, contenue dans sa lettre apostolique Maximum illud, à savoir la nécessité de réhabiliter de manière évangélique la Mission de l’Église dans le monde.

(...) Que peut signifier pour vous – Œuvres pontificales, qui, avec la Congrégation pour l’évangélisation des peuples, préparez actuellement le Mois missionnaire extraordinaire –, se réhabiliter de manière évangélique ? Je crois que cela signifie tout simplement (réaliser) une conversion missionnaire. Nous avons besoin de nous réhabiliter – selon l’intuition de Benoît XV –, de nous réhabiliter à partir de la mission de Jésus, réhabiliter l’effort de collecte et de distribution des aides matérielles à la lumière de la Mission et de la formation que celle-ci demande, afin que la conscience et la responsabilité missionnaire recommencent à faire partie de la vie ordinaire de tout le saint peuple fidèle de Dieu.

« Baptisés et envoyés : l’Église du Christ en mission dans le monde » : tel est le thème que nous avons choisi pour le Mois missionnaire d’octobre 2019. Il souligne que l’envoi en mission est un appel inhérent au Baptême et qu’il concerne tous les Baptisés. Ainsi la Mission est-elle un envoi pour le salut qui opère la conversion de l’envoyé et du destinataire : notre vie est, dans le Christ, une mission ! Nous-mêmes nous sommes mission puisque nous sommes amour de Dieu communiqué, nous sommes sainteté de Dieu créée à son image. 

(...) Je vous demande de renouveler avec créativité la nature et l’action des Oeuvres pontificales missionnaires, en les mettant au service de la Mission, afin qu’au cœur de notre vie demeure la sainteté de la vie des disciples-missionnaires. En effet, pour pouvoir collaborer au salut du monde, il faut l’aimer (cf. Jn 3,16) et être disposés à donner la vie en servant le Christ, unique sauveur du monde. Nous n’avons pas un produit à vendre – ici, le prosélytisme ne rentre pas en compte; nous n’avons pas un produit à vendre – mais une vie à communiquer : Dieu, sa vie divine, son amour miséricordieux, sa sainteté! Et c’est l’Esprit Saint qui nous envoie, qui nous nous accompagne, qui nous inspire: c’est lui l’auteur de la Mission. C’est lui qui porte l’Église de l’avant, pas nous.

 

 

Photo: Vatican Media

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.